Gredisans

On trouve la première trace écrite de Gredisans dans des archives du 13è siècle. Mais son origine est certainement plus ancienne, elle remonterait à l'époque gallo-romaine.

L’aspect resserré du village autour de ses maisons regroupées les unes contre les autres témoigne de son passé viticole. Vieux village gallo-romain situé au creux de sa cuvette si bien exposée au soleil que la vigne fut plantée dès les premiers siècles même s’il a fallu épierrer les terres sur plus de 40 cm de profondeur, ce qui a créé ces fameux tas de pierres allongés en bordure des anciennes vignes que l’on appelle murgers. En 1860, le vignoble atteignait son extension maximum avec 92 ha. A la fin du 19è siècle, le phylloxéra décima la majeure partie des vignes.

Nichée au cœur du village, la chapelle a été vraisemblablement érigée au 17è siècle. Un double escalier en pierre marque l'accès à l'intérieur de la chapelle qui se compose d'un porche, d'une sacristie et d'une nef unique. 

Les croix pattées

Les croix pattées constituent un patrimoine original et mystérieux typique des villages du pourtour du massif de la Serre. Leur nom a pour origine la forme particulière de leurs bras et pieds qui s'évasent vers l'extérieur. Elles ont presque toutes été taillées dans l'arkose, granit que l'on retrouve dans le massif de la Serre. 

Trois croix pattées sont encore présentes à Gredisans : la Croix Denis, la Croix du Pré-Boudier et la Croix de Ramasse. Deux autres croix existaient encore dans les années 60 : la Croix des Blanchottes ou Croix d'Argent au niveau du chemin de la Croix d'Argent et la Croix des Chevalières entre Gredisans et Menotey.