Rainans

Cette petite localité remonte à la haute Antiquité. Autrefois, une voie romaine traversait le village où se trouvent aujourd’hui des vestiges gallo-romains. C’est aussi un ancien territoire de vignoble (110 hectares de vignes, avant l’épidémie du phylloxera) dont les vins blancs avaient la réputation d’être les meilleurs de l’arrondissement. De même qu’à proximité du village se trouvait une carrière de pierres rouges d’une qualité voisine de celle du marbre. 

Rainans a su conserver le bâti d’un village de vignerons. A l’origine, les habitations étaient disposées en forme de fer à cheval, dont les branches étaient formées par le centre du village d’une part et le hameau de la Chaux d’autre part. De belles maisons bourgeoises, deux fontaines, un lavoir et une chapelle se disposent en un habitat dispersé encore aujourd’hui, d’aspect bocager peu commun.

Le village possède aussi une église construite en 1850, une maison commune construite en 1849 devenue la mairie actuelle, ainsi que des spécimens merveilleusement conservés comme le clocher bourguignon, un calvaire du 16è siècle, un oratoire et deux châteaux.

Un verger conservatoire

Pommiers, cerisiers, pruniers, poiriers, pêchers : 45 arbres fruitiers représentant autant de variétés anciennes issues de Franche-Comté ou du Grand Est ont été plantés à Rainans, le long de la route de Jouhe, une voie récemment devenue communale. Ce verger conservatoire public a été composé avec l’aide de l’association des Croqueurs de Pommes.

Les arbres ont été plantés entre 2014 et 2016 par des habitants bénévoles. Douze d’entre eux ont même été financés directement par les villageois qui se sont cotisés, rue par rue. Les premiers fruits, mis à disposition du public, ont été cueillis à l’été 2017.